•  

    Jean-Pierre Petit est né en 1949 à Avignon. Après des études de langue et littérature espagnoles à l’université de Montpellier, il a enseigné l’espagnol une paire d’années puis bifurque vers des activités commerciales avant de revenir à l’enseignement. Depuis 1990, il est journaliste de la presse quotidienne régionale, localier d’abord puis secrétaire de rédaction. . Pour échapper aux rigueurs et aux pesanteurs de l'information quotidienne, il écrit des fictions (nouvelles, contes, récits) qui ne sont pas toujours dénuées de connivence avec l'actualité.

     

     

    Jean-Pierre Petit a publié son premier polar, " Serial Couleurs ", en 2005 aux éditions La Cardère. En 2006, il a participé à l’ouvrage " Mémoires du quotidien " publié par le club de la presse Marseille Paca et, en mars 2007, au recueil collectif de nouvelles noires, " Noirs venins", éditions Reflets Noirs. Il traduit des articles d’auteurs espagnols sur le site Europolar.


    AUX EDITIONS ANCRE LATINE

    Article de presse:  Salut Patron - Le Dauphiné

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Jean Coulon grave à sec dans le cuivre et le bois, nobles matériaux des instruments de musique...

    Un  disciple de Léonard de Vinci, facétieux et déjanté, qui inventerait des machines à rêver debout, aussi improbables qu’inutiles. Ainsi pourrait-on définir Jean Coulon. Pierrot lunaire et graveur inspiré. Les Avignonnais ont pu découvrir ses gravures en janvier dernier à la Médiathèque Ceccano. Invité par l’Ajmi, Association pour le Jazz et la Musique Improvisée, l’artiste belge a exposé une cinquantaine de ses œuvres : machines infernales ou chars de parade en forme d’instruments de musique, villes tentaculaires, forêts de toits et de cheminées méticuleusement dessinées... Un univers onirique que le regard peine à explorer tellement il foisonne de formes, de détails insolites et cocasses. Humour et invention y règnent en maîtres, servis par un dessin méticuleux, d’une précision d’orfèvre.

    Né à Bruxelles en 1947, Jean Coulon est sorti de l’Ecole de la Cambre en 1972 et s’est spécialisé très vite dans la gravure dite « sèche », c'est-à-dire sans produits chimiques. Il grave au burin sur cuivre ou sur bois. Son travail se caractérise par une grande minutie dans l’exécution, alliée à une imagination foisonnante, souvent empreinte d’un humour caustique. Il expose régulièrement ses gravures et dessins en Belgique, en France, au Québec et partout dans le monde. Et si les instruments à vent semblent tenir une place privilégiée dans son œuvre, notamment le saxophone qu’il affectionne, c’est que cet artiste aux multiples facettes est aussi comédien et musicien. Il joue du tuba au sein d’une troupe aussi farfelue que lui qui donne des spectacles mêlant théâtre, musique, et humour.

     

    Belge, graveur, et musicien : voilà donc la règle de trois qui fait de Jean Coulon un artiste unique.

    A noter : Jean Coulon donnera une conférence sur son travail de graveur le samedi 22 mai à 15 heures à la Médiathèque Ceccano, 2 bis rue Laboureur à Avignon.

     

    http://www.jeancoulon.be/galerie.php

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique